Écrivain débutant : quelques erreurs à éviter

Un écrivain débutant peut commettre de nombreuses erreurs aux niveaux de l’écriture, du rapport à l’éditeur et de la communication sur ses œuvres. Du fait de l’enthousiasme, de la précipitation, il passe à côté de l’essentiel. Le manque de préparation et d’expérience, est à l’origine d’une perte de temps et d’argent considérable. Les manuscrits prennent du temps pour les corrections et c’est de l’argent en plus qui est dépensé. Après la parution, l’absence d’activités promotionnelles rend les ventes inertes. De ce fait, il est impératif de connaitre les erreurs communes aux écrivains débutants afin de les éviter.

Écriture

Même si l’envie d’écrire est très présente, il faut penser à se documenter suffisamment sur le sujet et les thèmes arrêtés pour son texte. La phase de préparation, d’élaboration, d’information prend certes du temps, mais elle est nécessaire pour assurer la cohérence et la vraisemblance du texte. C’est surtout le moment d’arrêter les éléments impératifs à la construction de l’œuvre. Cette phase permet d’enrichir considérablement son texte.

La fiche des personnages est souvent mise de côté par l’écrivain débutant. Pourtant, il doit décrire les traits psychologiques et physiques afin qu’ils ne se ressemblent pas. Il faut définir leur particularité dans leur façon de se tenir, de s’exprimer, de réfléchir. Lorsque la fiche est bien élaborée, les dialogues se retrouvent personnalisés et le lecteur peut identifier un personnage juste par sa façon de s’exprimer.

Avant de déposer le manuscrit, l’écrivain débutant néglige souvent la phase de correction et de réécriture. Il remet donc souvent un manuscrit truffé de fautes et d’incohérences. C’est un gros handicap qui peut repousser considérablement la date de la parution. Même si le texte est intéressant et bien structuré, les fautes de grammaire et d’orthographe ne passent pas. Dans le cas où elles ne sont pas corrigées et l’œuvre est publiée, c’est le sérieux de l’auteur qui en prend un grand coup. La critique littéraire est implacable lorsqu’un texte est rempli de telles coquilles. L’écrivain débutant doit adresser son manuscrit à des correcteurs professionnels comme ceux du Service Plume Dorée. Ceci est un impératif lorsqu’il décide de procéder à l’autoédition.

Édition

Pour ceux qui préfèrent se faire éditer, il est nécessaire de s’informer sur les maisons d’édition au choix. Si vous connaissez des écrivains, il faut leur demander de partager leur expérience avec vous. Ils sauront vous donner des conseils fiables. Heureusement, de nombreux groupes d’écriture et de lecture se forment régulièrement. C’est le cas du club de lecture des éditions Gh’otam. Il regroupe des lecteurs et des écrivains aux expériences éditoriales différentes qui sauront objectivement comment orienter votre choix d’éditeur.

Toutefois, l’écrivain débutant doit toujours lire attentivement le contrat qui lui est proposé pour s’assurer qu’il a le contrôle sur ses droits d’auteur. Mais avant, il doit se documenter et faire des recherches sur les forces et les travers des maisons d’édition dans son contexte. Le but est de savoir quels sont les possibilités qui s’offrent à lui, les risques qu’il prend, les alternatives qu’il peut adopter afin de faire le choix qui convient à ses attentes et à ses moyens.

lire aussi: Entre le livre et la scène: Georges Ndjocke se dévoile

Promotion

Malheureusement l’écrivain débutant peut négliger l’aspect promotionnel. Il ne communique pas convenablement, à tort, sur ses œuvres afin de les booster. Que vous ayez un éditeur ou pas, vous devez vous impliquer dans la promotion de votre texte avant et après sa parution.

De plus en plus d’auteurs utilisent des stratégies originales pour attirer l’attention autour de la sortie de leur œuvre. Ils préparent ainsi le lecteur à accueillir le texte. Une fois que c’est fait, ils descendent sur le terrain grâce à des tours médiatiques, des conférences et des ateliers. Des auteurs comme Félix Mbetbo avec Coupez-leur le zizi! et Junior Haussin avec Banane Malaxée ont su dynamiser leur vente par leurs activités de promotion.

Dans le cas où vous n’avez pas les moyens pour un déplacement serein sur le terrain, vous pouvez vous rapprocher de potentiels lecteurs via les réseaux sociaux. Il existe un grand nombre de plateformes dédié à la littérature que vous pouvez intégrer pour promouvoir votre texte.  Aux niveaux national et international, plusieurs critiques littéraires et écrivains avertis sont accessibles via leur page internet. Ils peuvent par leur influence augmenter vos ventes ou populariser votre texte.